L’interview de Karma, cam girl libertine

Clarisse Luiz 12 mai 2019

C’est sous le pseudonyme de Karma que cette jeune belge de 32 ans est connue sur la toile. Cam-girl, elle s’apprête aujourd’hui à lancer sa chaîne YouTube pour y parler de sexe et de sextoys. Libertine, indépendante, elle a toujours refusé, malgré plusieurs propositions, de franchir le pas du cinéma X préférant les ambiances plus vraies et plus intimes.

etl-service.ru : Qu’est-ce qui vous a amené dans le monde des cam-girls ?

Au départ, la curiosité. Je m’étais inscrite sur un site pour adultes qui n’avait rien à voir avec cela, mais on pouvait y aborder nos fantasmes librement en dialoguant avec les autres participants. C’est comme ça que j’ai découvert le plaisir de se montrer intiment par l’intermédiaire d’une webcam. Je savais que j’avais déjà un petit penchant pour l’exhibition, mais il s’est révélé encore plus grâce à ce site.

etl-service.ru : Et de là à devenir une cam-girl ?

C’est une copine qui m’a suggérée cette idée. Mais j’y suis allée assez doucement au début. Je n’ai pas voulu trop précipiter les choses. J’ai fait quelques shows sur différents sites. J’y prenais beaucoup de plaisir. La webcam, c’est vraiment un échange, un partage. Ce n’est pas un mec qui se branle d’un côté et moi qui m’exhibe de l’autre. C’est beaucoup plus. Peu à peu, j’ai commencé à avoir des habitués que je considérais comme de vrais partenaires de jeux sexuels.

Karma, cam-girl

etl-service.ru : Ce qui veut dire que vous jouissez réellement pendant vos shows ?

Bien sûr ! C’est même pendant l’un des shows que j’ai découvert que je pouvais être femme fontaine. Je vous avoue avoir été très surprise quand j’ai senti que j’inondais le lit de mon plaisir. J’étais en train de me masturber avec un sextoy connecté et du coup… les grandes eaux ! Il n’y a pas que moi à avoir été agréablement surprise. Mon compagnon de jeu qui guidait le sextoy, lui aussi… 

etl-service.ru : Qu’est-ce qu’on vous demande dans vos shows ?

Côté sexe, cela reste très classique. Je n’ai jamais eu de demandes farfelues ou trop hard. On me demande de m’exhiber, de me caresser, de me masturber avec des sextoys. Beaucoup d’anal, c’est vrai, ce qui doit correspondre à une petite frustration dans la vie intime de mes compagnons de jeux. Mais il n’y a pas que le côté cul dans les shows. On discute aussi, on sympathise parfois. Le relationnel est très important. 

Karma, cam-girl

etl-service.ru : Et le libertinage dans tout ça ?

J’ai découvert le libertinage à l’âge de 20 ans, les clubs, les soirées à la maison, avec mon compagnon de l’époque. Mon copain actuel n’était pas du tout libertin. Il y vient peu à peu. Mais je reste quand même une femme assez classique. C’est la curiosité, et notamment la curiosité sexuelle, qui me pousse toujours à vivre de nouvelle expérience. Sinon, je suis vraiment une madame tout-le-monde. 

etl-service.ru : Et YouTube alors ?

Oui, c’est mon nouveau projet. Rester chez moi et grâce à cette chaîne YouTube, pouvoir parler librement de sexualité, présenter des sextoys, faire des petites vidéos… En fait, j’aime le sexe et j’aime m’amuser. Et pouvoir faire les deux en même temps, c’est vraiment super ! 

Karma, camgirl

(Photo à la une : )

À lire aussi…

Cara Saint Germain, interview avec notre présentatrice du DVD d’avril

Maîtresse Mira, entre sensualité et perversité

Étiquette:

Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

etl-service.ru